Joy Ytal ambassadrice de la plateforme #JeConsommeAfricain “réappropriez-vous vos droits, votre histoire, vos savoirs et consommez africain”

Véritable leitmotiv d’un sursaut africain tant au sein de la diaspora que du côté du continent africain, la plateforme “Je Consomme Africain” prend ses marques chaque jour qui passe. Et derrière cette initiative, une jeune dame, passionnée et dévouée, prête chaque jour à arborer sa qualité d’ambassadrice de ce mouvement devenu tout un éveil en chaque africain et afro-descendant. Nous l’avons rencontré afin qu’elle nous explique en quelques lignes la vision de cette initiative.

KK: Qu’est ce qui se qui fait la particularité du concept Je Consomme africain d’après vous ?

J.Y :  L’interaction entre les différents acteurs. Le débat d’idées et surtout l’atmosphère qui règne au sein du groupe. Un appel non seulement à l’éveil mais en particulier à l’action. JCA ne doit pas juste être une mode.

KK: Comment vous est-il venu l’idée de créer « Je consomme africain » ?

J.Y :  L’idée est venu de Junior Konzo,  mais c est un sentiment que je nourris et partage depuis un bon moment à savoir que notre pouvoir économique est inexistant et le pouvoir d’achat se révèle hors de la communauté.

KK: Quels sont les objectifs à court et long terme de votre plateforme ?

J.Y :  À court terme, proposer des outils pour les afro entrepreneurs , un annuaire des afro entrepreneurs et à long terme terme des partenariats  en cours de discussion sur divers projets.

KK: La montée du digital et du e-commerce pourra-t-elle changer le comportement du consommateur africain ?

J.Y :  Je pense que oui d’une manière générale, mais en particulier avec une bonne communication et un sérieux venant de nos entrepreneurs car l’image d’un produit, du consommateur fait et fera la différence. En ayant admis l’importance de cet acte qui m’a foi est également politique,  la communauté comprendra que l’entrepreneur a à offrir, non pas  qu’une image mais aussi un service de qualité, du coup il n’y aura normalement aucun problème à ce que le consommateur adhère.

KK: Quel sont les propositions capables de susciter une forte consommation du « Made in Africa » ?

J.Y. : Le problème récurrent rencontré quand on parle “made in Africa” C’est le coût. Malheureusement il semblerait que ce qui vient d’Afrique où qui sera conçu fait par l’africain devrait être moins cher. On néglige l’artisanat africain au détriment de l’artisanat “français”, y met le prix sans sourciller alors que l’usage parfois de pratiques millénaires sont usées, et on fait face à un manque de considération et transmission. À côté de cela, il faut noter un problème majeur qui est le manque de transformation de produit lié à l’absence d’industrialisation réelle. Toutefois,  à mon humble avis j’ai envie de crier arrêtez de rabaisser nos entrepreneurs, de dénigrer notre histoire, la banaliser à des contes. Tout ceci est réel, réappropriez-vous vos droits, votre histoire, vos savoirs et consommez africain parce que c’est bon, c’est bien, ça vaut la peine de s’y attarder et frayer son chemin. Le Nigeria en est un bel exemple !

KK: Vous faites partie d’une initiative dénommée « africandoers », pouvez-vous en parler ? Quel serait l’apport de votre plateforme dans cette initiative ?

J.Y : Pour moi c’est un honneur d’avoir été sollicitée mais aussi une continuité dans ma philosophie de vie actuelle. Mettre en exergue nos africandoers est important. Et avoir leur expertise est un plus pour booster le mindset #JCA qui est “Je Consomme Africain”  car la communauté regorge de perles, de génies. JCA ne sera pas juste un hashtag trendy mais un réel appel pour passer à l’action. Prêchons par l’exemple. C’est ce que je m’efforce à faire au quotidien.

We are african Doers or nothing.

KK: Un dernier mot ?

J.Y : Plus que jamais debout pour ma terre Mère. La pandémie du covid-19, qui est un fléau pour certain est aussi un moment de réflexion qui a permis  à un grand nombre dans la communauté de changer le fusil d’épaule. L’heure n’est plus à la complainte mais à l’action car notre destin est entre nos mains. Libre à nous de réécrire une nouvelle page de l’histoire. We are african Doers or nothing. Je suis parce que nous sommes. Que chaque afro descendant vivent avec ce mantra et Mama Africa ne versera plus de larme. L’occident et son modèle capitaliste nous est impropre, rayonnons à notre manière plutôt qu’en décalquant quelque chose qui ne nous identifie pas.

https://www.facebook.com/ytal.joy

https://twitter.com/JoyYtal

 

[ SHOW #4 ] AFRICANDOERS LIVE TALKS : le Rendez-vous imminent !!Ce samedi 9 mai 2020 à 15h30 (heure de Paris),…

Publisert av African DOers Mandag 4. mai 2020

Related Posts