8553095994_f75c4878af_z.jpg

Changement de Constitution: idem pour le Rwanda?

Sans aucun doute le Rwanda serait en phase de modifier sa loi fondamentale et ainsi permettre au président Paul Kagame de rester au pouvoir. Officiellement, il s'agit d'une pétition de millions de Rwandais qui va être introduite au Parlement pour permettre cette réforme. Selon les sources le Parlement se penchera cet été sur une réforme constitutionnelle permettant de se représenter pour un 3ème mandat.

Le Parlement rwandais va examiner, au cours de l'été 2015, l'éventualité d'une réforme de la Constitution visant à l'autoriser à se présenter une troisième fois à l'élection présidentielle de 2017. À l'origine de cette idée, une pétition signée par deux millions de Rwandais environ.

"Nous avons reçu autour de deux millions de demandes de la population" pour la révision de l'article 101 de la Constitution portant sur la limitation du nombre de mandats présidentiels, a déclaré à l'AFP Donatilla Mukabalisa, présidente de la Chambre des députés.

Selon cette dernière, ces demandes affluent depuis plusieurs mois au Parlement sous la forme de pétitions spontanées. Elles émanent d'individus, de groupes d'individus ou d'associations qui envoient des lettres ou se présentent en personne.

Les deux chambres composant le Parlement - toutes deux dominées par le parti au pouvoir FPR (Front patriotique rwandais) - se prononceront sur les suites à donner à ces pétitions en séance plénière entre le 5 juin et le 4 août, a précisé la présidente de la chambre des députés.

Main de fer

La Constitution rwandaise limite à deux le nombre de mandats présidentiels et interdit donc en l'état à Paul Kagame, élu en 2003 et en 2010, de se représenter une troisième fois.

L'homme est au pouvoir depuis que sa rébellion du Front patriotique rwandais a mis fin au génocide de 1994 qui, selon l'ONU, a fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi.

Vice-président et ministre de la Défense après le génocide, il tenait déjà alors les rênes du pays, avant d'être élu président en 2003 avec 95 % des voix, et réélu tout aussi triomphalement (93 %) en 2010. Il est crédité des nombreuses avancées du Rwanda depuis le génocide, mais dirige son pays d'une main de fer et est accusé d'étouffer toute voix discordante.

AFP

Retrouvez tous les titres à la Une

Soyez le premier à commenter.

Autres articles


Tous les messages sont modéré et doivent obéir aux règles de la maison.